Etude et restauration des costumes de deux marionnettes à  tringle d'origine vénitienne du XVIIIe siècle n° 55.152.950 et n° 55.152.962

N° : 3037 application/pdf - 17,1 Mo - 228 page(s)

Description / Résumé

Les bois émettent des vapeurs corrosives, en particulier des acides volatils qui peuvent nuire et dégrader les textiles quand ceux-ci sont conservés en système clos. Ces émissions augmentent avec la température et l'humidité relative. Ces émissions sont d'autant plus importantes que la proportion de bois est élevée dans un volume donné. Dans quelles mesures un molleton de coton peut-il être une barrière de protection face à ces composants volatils acides ?La définition des problèmes soulevés par ce sujet nous a permis d'élaborer une méthode expérimentale apte à répondre à nos interrogations en nous appuyant sur un procédé employé pour l'analyse des produits émis par les bois.
Ce système est constitué d'une enceinte qui permet de contrôler les paramètres climatiques susceptibles d'influer sur la concentration des substances dans l'air de l'enceinte, d'entraîner les composants volatils et de les piéger en milieu aqueux. Des mesures de pH de la solution aqueuse nous permettent d'en déduire la qualité de l'air et son évolution sur un temps donné.
Dans cette enceinte sont placées des poches de molleton contenant des éprouvettes de bois en quantité définie.
Dans un premier temps, nous avons étudié sur une durée de sept jours, le comportement d'un molleton de coton face aux vapeurs émises par trois essences de bois : le châtaignier, l'Epicéa, le Peuplier.
Nous avons observé les variations lorsque l'on doublait l'épaisseur du molleton et lorsque l'on faisait varier les paramètres climatiques :
- dans des conditions maximalistes de température et d'humidité (T=30°C ± 5°C et HR=70% ± 5%C), les quantités de composants volatils émis par les bois sont importantes et le molleton n'est pas suffisant pour stopper leur diffusion dans l'air
- dans les conditions normales de température et d'humidité (T=-20°C ± 3°C et HR=-50% ± 5%C), recommandées dans la conservation des oeuvres textiles, et avec une concentration de bois proportionnellement identique à celle que l'on peut rencontrer dans une vitrine d'exposition, un molleton de coton doublé absorbe les produits volatils, mais désorbe légèrement après 168 heures de traitement.
En dernière partie, nous avons appliqué une méthode couramment employée dans la conservation des oeuvres graphiques ou photographiques et introduit dans le molleton de coton une réserve alcaline en concentrations variées.
Dans les mêmes conditions d'expérimentation que précédemment nous avons observé que le molleton diminuait considérablement l'émission dans l'air des composants volatils dégagés par les bois pendant 168 heures.

Auteur/artistes/intervenants

Type de document

Date de publication

Localisation

Type d'intervention

Citer la ressource

Forestier, Sylvie, "Etude et restauration des costumes de deux marionnettes à  tringle d'origine vénitienne du XVIIIe siècle n° 55.152.950 et n° 55.152.962", Médiathèque numérique de l'Inp, consulté le 19 juin 2024, https://mediatheque-numerique.inp.fr/documentation-oeuvres/memoires-diplome-restaurateurs-patrimoine/etude-restauration-costumes-deux-marionnettes-tringle-dorigine-venitienne-xviiie-siecle-ndeg-55152950-ndeg-55152962

Type de licence

Tous droits réservés

Conditions d'utilisation

Cette ressource constitue une œuvre protégée par les lois en vigueur sur la propriété intellectuelle, dont les producteurs sont titulaires. Aucune exploitation commerciale, reproduction, représentation, utilisation, adaptation, modification, incorporation, traduction, commercialisation, partielle ou intégrale des éléments de cette ressource ne pourra en être faite sans l’accord préalable et écrit des ayants droit, à l’exception de l’utilisation pour un usage privé sous réserve des dispositions différentes voire plus restrictives du Code de la propriété intellectuelle.