sketchfab est désactivé. Autoriser le dépôt de cookies pour accéder au contenu.

De l’animal sacrifié à l’animal sublimé : l’animal vivant dans l’art contemporain. « Exposer le vivant : retour d'expérience au Musée d'arts de Nantes »

N° : 1648 audio/mpeg - 29,5 Mo - 0:30:44 (approx)

Description / Résumé

L'intervention de Céline Rincé-Vaslin, responsable des collections du Musée d’arts de Nantes porte sur deux exemples d'exposition avec des animaux au sein de son musée.

La première concerne l'oeuvre d'art de Marcel Broodthaers " Ne dites pas que je ne l'ai pas dit" - Le perroquet (1974) dans le cadre de l'exposition : L'Action restreinte. L'art moderne selon Mallarmé, au musée des Beaux-Arts de Nantes du 9 avril au 3 juillet 2005.

Un autre exemple est développé. Les poissons rouges de l'installation "Potager" de Laurent Tuxador Il a utilisé la technique de la culture aquaponique associant l’élevage de poissons et la production de légumes en circuit fermé.
La structure est entièrement fabriquée avec des matériaux recyclés : le bois de platane, arbre citadin, récolté pendant l'élagage d’hiver, les baignoires qui servent de bassins aux poissons.

Un dernier exemple met en scène le bernard-l'hermite. Sommes-nous meilleurs designers que la nature ? C’est la question à la fois critique et poétique qu'y se pose à la découverte de l’exposition de la japonaise Aki Inomata (19 septembre 2018 au 6 janvier 2019 au musée des art de Nantes). Elle a mis en scène des bernard-l’hermite qui se sont emparés d’extravagantes coquilles artificielles créées en 3D par l’artiste.

À l’heure où les enjeux écologiques s’imposent à notre quotidien, l’artiste joue avec des matériaux récupérés et teste un procédé horticole qui ouvre de nouvelles perspectives.
Du 19 avril au 4 novembre 2018 sur le parvis du musée.


A propos de la journée d'étude du 16 avril 2019 organisée pour la première fois par l'association des élèves-conservateurs de l’Institut national du patrimoine

 Huit communications et une table ronde ont permis de débattre sur la place de l’animal vivant dans les institutions patrimoniales aujourd’hui.
Si les animaux habitent l’imaginaire des hommes, ils peuplent également leurs musées, éco-musées et monuments
historiques, tantôt considérés comme des créatures « nuisibles », tantôt valorisés comme objets de collection ou supports de
création artistique. Tandis que les trophées de chasse, momies et autres spécimens naturalisés ont suscité des études
variées, aussi bien du point de vue de la conservation préventive que de la muséologie ou de l’anthropologie, la présence
d’animaux vivants dans le cadre de lieux patrimoniaux a souvent été approchée sous l’angle unique de la nuisance, et ce au
détriment d'une analyse plus vaste de leur cohabitation avec les visiteurs et les professionnels du patrimoine.
Se posent alors de nombreuses questions pratiques, éthiques et philosophiques.
Quelle est la place de l’animal vivant dans ce contexte et son rôle dans l’évolution des politiques culturelles ? Comment les
pratiques professionnelles de conservation et d’exposition intègrent-elles sa présence, voire en tirent profit ?
Ces questionnements invitent à envisager de nouvelles formes d’interactions avec l’animal. En dépassant le simple rapport
d’éradication ou de valorisation touristique et génétique, il s’agira de s’intéresser à la relation quasi symbiotique qui lie
l’homme à l’animal au sein d’espaces patrimoniaux perçus comme autant d’écosystèmes vivants.

Auteur/artistes/intervenants

Direction scientifique ou pédagogique

Type de document

Institution(s) prêteuse(s) / Institution(s) partenaire(s)

Date de captation

Citer la ressource

Rincé-Vaslin, Céline, "De l’animal sacrifié à l’animal sublimé : l’animal vivant dans l’art contemporain. « Exposer le vivant : retour d'expérience au Musée d'arts de Nantes »", Médiathèque numérique de l'Inp, consulté le 04 mars 2024, https://mediatheque-numerique.inp.fr/rencontres-debats/plus-vif-que-mort-lanimal-en-patrimoine/lanimal-sacrifie-lanimal-sublime-lanimal-vivant-dans-lart-contemporain-exposer-vivant-retour-dexperience-au-musee-darts-nantes

Type de licence

CC BY-NC

Conditions d'utilisation

L'institut national du patrimoine autorise l’exploitation de ce document à des fins non commerciales, ainsi que la création d’œuvres dérivées, à condition qu’elles soient distribuées sous une licence identique à celle qui régit l’œuvre originale.

Crédit de l'image de couverture

Affiche du colloque - Tous droits réservés