sketchfab est désactivé. Autoriser le dépôt de cookies pour accéder au contenu.

De la chaîne du vivant à la chaîne patrimoniale : l’entrée en collection de l’animal vivant. « La dimension patrimoniale d’un conservatoire génétique national pour la race ovine Mérinos de Rambouillet »

N° : 1630 audio/mpeg - 23,8 Mo - 0:24:48 (approx)

Description / Résumé

L'intervention d'Henri Pinoteau, responsable du pôle Agriculture aux Archives nationales porte sur la représentation à travers les archives de la race ovine Mérinos de la Bergerie nationale de Rambouillet. Le mouton mérinos est également progressivement devenu patrimoine vivant.

A propos de la journée d'étude du 16 avril 2019 organisée pour la première fois par l'association des élèves-conservateurs de l’Institut national du patrimoine

 Huit communications et une table ronde ont permis de débattre sur la place de l’animal vivant dans les institutions patrimoniales aujourd’hui.
Si les animaux habitent l’imaginaire des hommes, ils peuplent également leurs musées, éco-musées et monuments
historiques, tantôt considérés comme des créatures « nuisibles », tantôt valorisés comme objets de collection ou supports de
création artistique. Tandis que les trophées de chasse, momies et autres spécimens naturalisés ont suscité des études
variées, aussi bien du point de vue de la conservation préventive que de la muséologie ou de l’anthropologie, la présence
d’animaux vivants dans le cadre de lieux patrimoniaux a souvent été approchée sous l’angle unique de la nuisance, et ce au
détriment d'une analyse plus vaste de leur cohabitation avec les visiteurs et les professionnels du patrimoine.
Se posent alors de nombreuses questions pratiques, éthiques et philosophiques.
Quelle est la place de l’animal vivant dans ce contexte et son rôle dans l’évolution des politiques culturelles ? Comment les
pratiques professionnelles de conservation et d’exposition intègrent-elles sa présence, voire en tirent profit ?
Ces questionnements invitent à envisager de nouvelles formes d’interactions avec l’animal. En dépassant le simple rapport
d’éradication ou de valorisation touristique et génétique, il s’agira de s’intéresser à la relation quasi symbiotique qui lie
l’homme à l’animal au sein d’espaces patrimoniaux perçus comme autant d’écosystèmes vivants.

Auteur/artistes/intervenants

Direction scientifique ou pédagogique

Type de document

Institution(s) prêteuse(s) / Institution(s) partenaire(s)

Date de captation

Citer la ressource

Pinoteau, Henri, "De la chaîne du vivant à la chaîne patrimoniale : l’entrée en collection de l’animal vivant. « La dimension patrimoniale d’un conservatoire génétique national pour la race ovine Mérinos de Rambouillet »", Médiathèque numérique de l'Inp, consulté le 04 mars 2024, https://mediatheque-numerique.inp.fr/rencontres-debats/plus-vif-que-mort-lanimal-en-patrimoine/chaine-vivant-chaine-patrimoniale-lentree-en-collection-lanimal-vivant-dimension-patrimoniale-dun-conservatoire-genetique-national-pour-race

Type de licence

CC BY-NC

Conditions d'utilisation

L'institut national du patrimoine autorise l’exploitation de ce document à des fins non commerciales, ainsi que la création d’œuvres dérivées, à condition qu’elles soient distribuées sous une licence identique à celle qui régit l’œuvre originale.

Crédit de l'image de couverture

Affiche du colloque - Tous droits réservés