sketchfab est désactivé. Autoriser le dépôt de cookies pour accéder au contenu.

Exposer la révolte : D’une rive Atlantique à l’autre, les métamorphoses du sens. Le cas de trois expositions : Picasso et le primitivisme, Benjamin-Constant et l'orientalisme, Jean-Paul Gaultier et l’autochtonie

N° : 769 audio/mpeg - 25,5 Mo - 0:26:32 (approx)

Description / Résumé

Intervention de Nathalie Bondil, directrice du Musée des beaux-arts de Montréal autour de l'étude de trois expositions :
- Picasso et le primitivisme (Musée du quai Branly - Jacques Chirac, du 28 mars 2017 23 juil. 2017),
- Benjamin-Constant et l’orientalisme (Musée des Augustins à Toulouse (exposition du 4 octobre 2014 au 4 janvier 2015)
- Jean-Paul Gaultier et l’autochtonie (Du 1er avril au 3 août 2015 au Grand Palais)

A propos de l’édition du colloque « Ce qu’exposer veut dire – édition n°7 » proposée en 2019

Depuis plusieurs années, l’Institut national du patrimoine organise le colloque « Ce qu’exposer veut dire ». A travers l’exemple d’expositions emblématiques de l’année précédente, le colloque a pour ambition de présenter les différentes problématiques qu’engage le projet d’exposition. Chaque intervention, au‐delà de la question scientifique, doit aussi comporter une dimension « métiers », de sorte que le colloque aborde, au fil de son déroulé, l’essentiel de la chaîne opératoire de l’exposition. Sont abordées des thématiques aussi diverses que le projet scientifique, la scénographie, l’installation des œuvres, la médiation ainsi que les partenariats.
Ce colloque est ouvert aux professionnels du patrimoine et s’inscrit, en outre, dans le cursus de formation dispensée par l’Inp aux élèves conservateurs du patrimoine.
Depuis plusieurs années, les missions traditionnelles du musée évoluent. Il ne s’agit plus seulement d’acquérir de nouvelles œuvres, de conserver des collections ou de valoriser la recherche scientifique. Le musée est devenu un lieu de vie où le public vit une expérience sensible, immersive. Cette nouvelle édition du colloque « Ce qu’exposer veut dire » s’interrogeait sur ces évolutions et la manière dont les musées et institutions culturelles s’adaptent aux nouvelles pratiques tout en s’attachant à maintenir ses missions scientifiques. Les débats portaient également sur l’articulation qui est faite entre exposition temporaire et exposition permanente. Dans quelle mesure les musées et les institutions culturelles restent au XXIème siècle les territoires des expositions et selon quelles modalités ? Enfin, une dernière session portait sur les commémorations de mai 68 et les différentes formes d’exposition de la révolte.

Auteur/artistes/intervenants

Direction scientifique ou pédagogique

Type de document

Date de captation

Citer la ressource

Bondil, Nathalie, "Exposer la révolte : D’une rive Atlantique à l’autre, les métamorphoses du sens. Le cas de trois expositions : Picasso et le primitivisme, Benjamin-Constant et l'orientalisme, Jean-Paul Gaultier et l’autochtonie", Médiathèque numérique de l'Inp, consulté le 21 février 2024, https://mediatheque-numerique.inp.fr/rencontres-debats/ce-quexposer-veut-dire/ce-quexposer-veut-dire-2019/exposer-revolte-dune-rive-atlantique-lautre-metamorphoses-sens-cas-trois-expositions-picasso-primitivisme-benjamin-constant

Type de licence

CC BY-NC

Conditions d'utilisation

L'institut national du patrimoine autorise l’exploitation de ce document à des fins non commerciales, ainsi que la création d’œuvres dérivées, à condition qu’elles soient distribuées sous une licence identique à celle qui régit l’œuvre originale.

Crédit de l'image de couverture

Photo de Nathalie Bondil - Tous droits réservés