Des anneaux pour les unir tous et dans l’armure les lier. Etude et conservation-restauration d’une armure indienne « à quatre miroirs » dit Chahar- Ainah (XVIIe-XIXe siècles ; Paris, musée de l’Armée )

N° : 29439 application/pdf - 69,1 Mo - 371 page(s)

Description / Résumé

Ce mémoire a pour objet l’étude et la conservation-restauration d’une armure indienne composée de plusieurs pièces : une cotte de maille, quatre plaques, d’où son nom d’armure à quatre miroirs, un casque et des brassards, provenant du musée de l’Armée – Les Invalides à Paris. L’ensemble est caractéristique des styles et techniques de l’art indien de la période moghole et plus précisément de la fin du XVIIIe siècle. Les pièces rassemblées au XIXe siècle dans une boutique de Jaipur (Rājasthān) mettent en avant le commerce entre les Indes et l’Europe grâce à son achat par un voyageur français. L’œuvre est composite : alliages ferreux, alliages cuivreux, or, étain, textiles, cuir ou encore verre ou cristal de roche.
L’armure indienne présentait un certain nombre d’altérations entraînant des conséquences tant pour sa préservation que sa lisibilité. En parallèle d’un travail sur le rendu des surfaces de l’œuvre, perturbé notamment par l’encrassement et les corrosions, une étude sur la tenue mécanique de l’œuvre était nécessaire. En effet, la cotte de maille présentait de nombreuses altérations mécaniques : certains anneaux s’ouvraient, d’autres étaient lacunaires, le tout formant des « trous » et des modifications dans le tombé de la tunique lorsqu’elle était portée sur mannequin. Notre protocole technico-scientifique a donc porté sur l’étude des contraintes structurelles de la cotte de maille par le biais des outils de modélisation mécanique, permettant de limiter les manipulations de l’œuvre et de mettre en valeur l’impact d’une lacune sur le reste de la tunique. L’étude a également permis d’aider le conservateur-restaurateur dans la mise en place d’un système de consolidation adapté aux contraintes observées.
Au-delà de la problématique des lacunes d’anneaux et de consolidation, les interventions ont notamment consisté en des nettoyages. Enfin, l’armure présentant une grande part de pièces textiles dont les altérations étaient très importantes, la conservation-restauration a été menée en collaboration avec une restauratrice de cette spécialité ainsi que des élèves de l’atelier Arts textiles, permettant ainsi de traiter l’œuvre dans sa globalité.

Résumé en langue(s) étrangère(s)

The aim of this dissertation is to study the conservation-restoration of an Indian armour composed of several pieces: a coat of mail, four plates (hence the name "four-mirror armour"), a helmet and armbands, from the Musée de l'Armée - Les Invalides in Paris. The ensemble is typical of the styles and techniques of Indian art from the Mughal period, and more specifically from the late 18th century. The pieces, collected in the 19th century in a shop in Jaipur (Rājasthān), highlight the commercial exchanges between India and Europe, thanks to its purchase by a French traveller. The work is composite: ferrous alloys, copper alloys, gold, tin, textiles, leather or even glass or rock crystal.
The Indian armour showed a number of signs of deterioration, affecting both its preservation and its legibility. As well as working on the rendering of the work's surfaces, which had been affected in particular by soiling and corrosion, we also needed to study the work's mechanical resistance. The chain mail shows a number of mechanical alterations: some of the rings open up, others have gaps in them, all of which create 'holes' and alter the fit of the tunic when it is worn on a mannequin. Our technical-scientific protocol therefore focused on studying the structural constraints of chainmail using mechanical modelling tools, thereby limiting the number of manipulations of the work and highlighting the impact of a gap on the rest of the tunic. The study also helped the conservator-restorer to set up a consolidation system adapted to the constraints observed. In addition to the problem of missing rings and consolidation, the work involved cleaning. Finally, as the armour contains a large number of textile pieces that have been badly damaged, the conservation-restoration work was carried out in collaboration with a restorer in this speciality and students from the Textile Arts workshop, enabling the work to be treated as a whole.

Auteur/artistes/intervenants

Direction scientifique ou pédagogique

Type de document

Institution(s) prêteuse(s) / Institution(s) partenaire(s)

Date de publication

Mots-clés

Numéro de gestion de l'œuvre INP

Citer la ressource

Bureller, Nolwenn, "Des anneaux pour les unir tous et dans l’armure les lier. Etude et conservation-restauration d’une armure indienne « à quatre miroirs » dit Chahar- Ainah (XVIIe-XIXe siècles ; Paris, musée de l’Armée ) ", Médiathèque numérique de l'Inp, consulté le 25 avril 2024, https://mediatheque-numerique.inp.fr/documentation-oeuvres/memoires-diplome-restaurateurs-patrimoine/anneaux-pour-unir-tous-dans-larmure-lier-etude-conservation-restauration-dune-armure-indienne-quatre-miroirs-dit-chahar-ainah-xviie

Type de licence

Tous droits réservés

Conditions d'utilisation

Cette ressource constitue une œuvre protégée par les lois en vigueur sur la propriété intellectuelle, dont les producteurs sont titulaires. Aucune exploitation commerciale, reproduction, représentation, utilisation, adaptation, modification, incorporation, traduction, commercialisation, partielle ou intégrale des éléments de cette ressource ne pourra en être faite sans l’accord préalable et écrit des ayants droit, à l’exception de l’utilisation pour un usage privé sous réserve des dispositions différentes voire plus restrictives du Code de la propriété intellectuelle.